La célébration des noces d'or

J'ai eu la chance de retrouver dans le journal local les photos d'un couple sur lequel je faisais des recherches, prises à l'occasion de leurs noces d'or. J'ai voulu en savoir plus sur l'origine de la tradition de célébrer les anniversaires de mariage.

La célébration des anniversaires de mariage

C'est au XVIIIe siècle que semble remonter la célébration des noces d'argent (25 ans), des noces d'or (50 ans) et des noces de diamant (75 ans ou 60 ans). Elle est mentionnée dans des ouvrages traitant des protestants.

Chromo Noces d'or
Chromo du site "Les Chromos Pedagos"

Ces fêtes se répandent au cours du XIXe siècle, d'abord au sein des familles aisées.

Si on cherche les anniversaires de mariages mentionnés dans le journal local, La Vigie de Dieppe, on constate que, dans les années 1870-1880, il y a de rares articles, qui concernent soit des grands de ce monde, soit des familles de la bourgeoisie locale, à l'image du couple Le Clerc-Lefebvre, qui organise un bal pour ses noces d'or à l'issue de la cérémonie religieuse à Dieppe.

Extrait de la Vigie de Dieppe
Extrait de La Vigie de Dieppe, 07/05/1878

Almanach 1887 Noces d'or
Sur cet almanach de 1887, le vieux couple en costume ouvre le bal.
© iconothèque MNATP

Les noces d'or sont ensuite fêtées dans les campagnes comme des événements exceptionnels.

Extrait de la Vigie de Dieppe
Extrait de La Vigie de Dieppe, 30/09/1890

Selon le Journal du Dimanche du 13 mars 1892, 10 000 ménages célèbrent leurs noces d'argent chaque année à cette époque, contre un ménage sur mille pour les noces d'or, et un sur dix mille pour les noces de diamant.

Carte postale représentant un char du carnaval de Nice de 1907 : "les Noces d'Or à la Campagne", qui montre un vieux couple ayant sorti ses plus beaux atours pour célébrer ses noces d'or, et entouré de bouquets de fleurs.
© MUCEM

A la fin du XIXe siècle, fêter les couples est encore un événement dans un village. Et les anecdotes concernant des anniversaires de mariage insolites sont relayées sur la France entière, ou via les cartes postales qui donnent soit l'image du couple uni dans la vieillesse, soit celle de leur nombreuse descendance.


Extrait de la Vigie de Dieppe
Extrait de la Vigie de Dieppe, 14/09/1894
Extrait de la Vigie de Dieppe
Extrait de la Vigie de Dieppe, 20/11/1896

En 1924, le folkloriste Arnold Van Gennep explique cette tradition dans son ouvrage Le Folklore Français : « Ce sont toujours des occasions de rassembler de nouveau toute la parenté, surtout les descendants directs, les amis et les voisins ; autrement dit, c’est un renouvellement, au moyen d’un repas et de cadeaux, du lien social restreint inauguré par le mariage des héros du jour. Répandues dans la petite bourgeoisie des villes, ces commémorations ne se sont transmises dans les campagnes qu’au cours du XIXe siècle. »

CPA Noces d'or en Vendée
Carte postale des années 1900-1920
Geneanet

Jusqu'à la fin du XIXe siècle en France, on connaît les noces d'argent (25 ans), d'or (50 ans) et de diamant (60 ans ou 75 ans). La longue liste qui associe chaque année d'anniversaire à une matière serait originaire des Etats-Unis. Elle commence à être publiée dans des journaux :

Anniversaires de mariage
Extrait du journal Le Pêle-Mêle du 26/09/1897
Bibliothèque Nationale de France

Les anniversaires de mariage sont aussi mentionnés dans les guides du savoir-vivre :

Noces d'or Guide mondain
Extrait du Guide mondain : art moderne du savoir-vivre écrit par la Comtesse de Magallon, 1910
Bibliothèque Nationale de France

Dans les années 1920-1930, les noces d'or (ou de diamant) font l'objet d'une véritable rubrique dans le journal local de La Vigie de Dieppe, et quelques photographies de couples sont publiées.

Vigie de Dieppe noces
Extraits de la Vigie de Dieppe, 29/06/1934 et 21/09/1934

Les noces d'or de M. et Mme Bellet


Le 28 février 1931, Louis et Olive Bellet sont réunis avec leur famille devant l'église Saint-Rémi de Dieppe. Il y a cinquante ans jour pour jour, ils s'étaient unis dans cet édifice situé au coeur de la ville de Dieppe depuis le XVIe siècle. Louis, couvreur d'ardoise avait alors vingt-cinq ans, et Olive Flouest, couturière, vingt-quatre ans ; les deux jeunes gens étaient issus de familles d'artisans dieppois.

Eglise Saint-Rémi de Dieppe, intérieur
Intérieur de l'église Saint-Rémy de Dieppe où s'est déroulée la cérémonie
Archives départementales de Seine Maritime,  011Fi - Clichés sur verre Robert Eude
En cinquante ans de vie communes, ils ont affronté ensemble les épreuves de la vie. Olive, qui a déjà perdu sa mère, pleure le décès de son père quelques mois après son mariage. Leur fille aînée, Louise, meurt à l'âge de dix ans à l'hôpital de Dieppe. Leur second fils, Georges, est mort pendant la Bataille de Verdun en 1916, laissant deux orphelins. Son nom est d'ailleurs inscrit sur un monument commémoratif dans l'église Saint-Rémy.

Mais le couple est entouré d'une nombreuse descendance. Leur fils aîné Henri a échappé aux combats du front lors de la Première Guerre Mondiale grâce à son emploi dans les chemins de fer, et a eu au moins cinq enfants. Leur fille Marie, lessivière, a eu un enfant illégitime. Enfin, leur fille Félicie a reçu la médaille de bronze de la Famille Française en 1929 pour les cinq enfants qu'elle a eu avec Robert Abraham.

Extrait de la Vigie de Dieppe
Extrait de la Vigie de Dieppe du 24/02/1931

Quelques jours plus tard, les photographies du couple paraissent sur la première page de la Vigie de Dieppe.

Vigie de Dieppe - Couple Bellet
Extrait de la Vigie de Dieppe du 06/03/1931
Olive Bellet meurt l'année suivante, à l'âge de soixante-seize ans. Je n'ai pas pu retrouver la date de décès de son époux.

Retrouvez leur généalogie sur mon compte Geneanet.

Sources :

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sur le pavé de l'église : histoire d'un enfant trouvé au XVIIIe siècle

Simplice Horus : un abandon à Rouen au XIXe siècle