La Maison de la Beurière à Boulogne-sur-Mer

Maison de la Beurière Boulogne-sur-Mer

Les écomusées permettent de se replonger avec les objets et intérieurs. A Boulogne-sur-Mer, c'est le quotidien des marins pêcheurs et de leur famille qui est évoqué lorsqu'on visite la Maison de la Beurrière.

Le quartier de la Beurière

Boulogne-sur-Mer, actuellement premier port de pêche français, a connu un fort développement de l'activité portuaire au XIXe siècle (commerce, transport de passagers, et pêche, notamment au hareng). Les marins pêcheurs et leurs familles se sont installés dans le quartier de la Beurière ou quartier Saint-Pierre, construit sur la falaise qui domine le port.

Plan de Boulogne-sur-Mer
Plan de Boulogne-sur-Mer, gravé par Ed. Blondel La Rougery et datant de 1914.
Bibliothèque Nationale de France, disponible sur Gallica.



Port de Boulogne-sur-Mer
Le port de marée avec le quartier de la Beurière et l'église Saint-Pierre en arrière-plan
Livret-guide officiel du Chemin de fer du Nord et Société de Transports Auxiliaires de la Région du Nord, 1937, p. 21.
Bibliothèque Nationale de France, disponible sur Gallica.

Le journaliste boulonnais Jules Huret, né dans une famille de marins pêcheurs et installé à Paris depuis 1885, donne une description du site :

Jules Huret quartier de la Beurière Boulogne-sur-Mer
Extrait du Figaro, 21 septembre 1892 (numérisé sur Retronews)

Ces ruelles, qualifiées de pittoresque dans les livres, sont connues des voyageurs et des peintres (Manet, Adler...) qui venaient à Boulogne pour profiter des bains de mer, du casino ou s'embarquer pour l'Angleterre voire même en transatlantique vers New-York.

Carte postale du début du XXe siècle : la rue du Mâchicoulis à Boulogne-sur-Mer (Geneanet)

Pour accéder au musée, il faut gravir les hautes marches de la rue du Mâchicoulis, l'une des cinq rues-escaliers du quartier.

Maison de la Beurière Boulogne-sur-Mer
La Maison de la Beurière est la première à gauche

Le n°16 est l'une des rares habitations qui ont été préservées après les bombardements de la Seconde Guerre Mondiale. Depuis 1999 y a été créée "La Maison de la Beurière" par l'association de l’Atelier de Maintien des Traditions Populaires Boulonnaises (AMTPB), qui l'a ouverte au public et y organise une fête annuelle.

Un filet de pêche est suspendu sur la façade de la maison, évoquant les filets, paniers et linges qui étaient mis à sécher à l'époque sur les devantures ou entre les maisons. On imagine l'odeur de poisson qui devait régner à l'extérieur ; de plus, les eaux usées étaient déversées au milieu des escaliers, si bien que le loyer était moins cher pour les maisons situées en contre-bas de la rue-escalier.

Maison de la Beurière à Boulogne-sur-Mer
Façade de la Maison de la Beurière

L'habitation a été construite en 1870 sur l'emplacement d'une ancienne maison par le marin Hilaire Leyz (ou Lays). Ce dernier s'y installe au rez-de-chaussée avec sa femme et son fils, ainsi que la famille de sa belle-soeur.

Maison de la Beurrière Boulogne-sur-mer recensement
Extrait du recensement de 1872, archives départementales du Pas-de-Calais.

Le lieu paraît exigu pour accueillir deux familles sur une trentaine de mètres carrés. La promiscuité était importante dans le quartier, mais les hommes étaient le plus souvent sur leur bateau
(plus de 300 jours par an). Dès dix ans, ou même plus jeunes, ils commençaient leur vie de marins comme mousses pour les corvées de cuisine ou de réparation de filets.

CPA Boulogne-sur-Mer Loup de mer
Carte postale du début du XXe siècle (Geneanet)

Le métier de marin-pêcheur est évoqué dans l'exposition située à l'étage de la Maison de la Beurière :

Le lit de coin fait pour être adossé sur un mur La Maison de la Beurière à Boulogne-sur-Mer

Une chapelle de bord était présente sur chaque bateau de pêche au début du XXe siècle :

Le lit de coin fait pour être adossé sur un mur La Maison de la Beurière à Boulogne-sur-Mer

Les femmes restaient à la maison, chargées de la préparation des repas, de l'entretien de leur intérieur, de la réparation des filets, de la vente et du fumage du poisson. Certaines travaillaient aussi dans les usines de fumage, de conserverie de poisson ou de fabrication de plumes métalliques. Les jeunes-filles pouvaient être placées comme servantes chez les familles bourgeoises à partir de douze ans.

CPA Boulogne-sur-Mer Vente de poisson
Carte postale du début du XXe siècle représentant des matelotes boulonnaises vendant du poisson (Geneanet)

Le soleil est la coiffe traditionnelle portée le dimanche et les jours de fête.

Le lit de coin fait pour être adossé sur un mur La Maison de la Beurière à Boulogne-sur-Mer

CPA Boulogne-sur-Mer grande procession
La Grande Procession en l'honneur de Notre-Dame-de-Boulogne
Carte postale du début du XXe siècle (Geneanet)

La reconstitution d'un intérieur du début du XXe siècle

Au rez-de-chaussée de la maison est reconstitué un intérieur de famille de marin des années 1900. C'est l'occasion de retrouver les objets du quotidien de beaucoup de familles de l'époque : ustensiles en tôle émaillée, lampes à huile, poêles, portraits en noir et blanc... Des objets religieux sont présents un peu partout ; ils rappellent la grande piété des habitants qui priaient pour les marins partis en mer ; il y a d'ailleurs une grande procession annuelle dédiée à Notre-Dame-de-Boulogne où les matelotes défilaient en coiffe.

A l'entrée, la commode, meuble de prestige de la famille, est positionnée face à la porte pour qu'on puisse la voir. En bois de couleur rouge (placage d'acajou), elle contenait le linge du dimanche, et l'un de ses tiroirs pouvait servir de berceau. Elle est surmontée d'une plaque de marbre sur laquelle prennent place des statuettes religieuses protégées par des globes en verre.

Commode Maison de la Beurière
Le haut de la commode (qui sert de meuble d'accueil, d'où la présence d'objets incongrus comme la bouteille d'eau...)
Puis vient la pièce de réception, chauffée avec un poêle flamand dit "poêle à grosse gueule".

Maison de la Beurrière

Sur la gauche, un lit de coin accueillait la mère, le mari quand il était là, et une partie des enfants :

La Maison de la Beurière à Boulogne-sur-Mer

La cuisine est à l'arrière, avec un accès sur une petite cour.

La Maison de la Beurière à Boulogne-sur-Mer : cuisine

La Maison de la Beurière à Boulogne-sur-Mer
La petite table à manger, où l'on buvait la chicorée.

La Maison de la Beurière à Boulogne-sur-Mer
Etagère à casseroles et boîtes à épices

Sur le fourneau se trouve un gaufrier, qui permettait de confectionner des gaufres pour que les marins puissent les emporter à leur départ.

La Maison de la Beurière à Boulogne-sur-Mer

Dans l'un des placards à vaisselle a été aménagé un petit lit d'enfant :

Le lit de coin fait pour être adossé sur un mur La Maison de la Beurière à Boulogne-sur-Mer

Pour visiter et en savoir plus :

Vous pouvez retrouver toutes les informations pour visiter la Maison de la Beurière sur le site de la Ville.

Plusieurs vidéos retracent l'histoire du quartier et de la maison :
- "La Maison de la Beurrière La pièce par devant" par Le Bouledogue du Boulonnais" ;
- "La maison de la Beurière et la rue du Machicoulis" par Le Bouledogue du Boulonnais.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sur le pavé de l'église : histoire d'un enfant trouvé au XVIIIe siècle

Simplice Horus : un abandon à Rouen au XIXe siècle