Barbe : une sainte populaire depuis la Légende dorée de Voragine {Challenge AZ}

Lettrine B Barbe

Suite du Challenge AZ avec le prénom Barbe...


Le prénom de Barbe n'est plus donné en France depuis les années 1960, et on comprend pourquoi, puisqu'il évoque immédiatement l'attribut pileux masculin... Pourtant, les deux termes n'ont pas la même étymologie ; si barbe vient du latin "barba", Barbe descend du grec "barbara" qui désigne les "barbares". Et on lui préfère maintenant "Barbara".

Sainte Barbe dans la Légende dorée de Jacques de Voragine

Sainte Barbe était une jeune "barbare" qui a vécu pendant l'Empire Romain.
Au XIIIe siècle, l'archevêque de Gênes Jacques de Voragine écrivit un ouvrage qui devint par la suite une référence pour la vie des saints, en rassemblant de nombreuses sources de la littérature religieuse. Certaines des histoires relatées relèvent plus de la "légende", du mythe, que de faits avérés. La Légende Dorée servit pendant plusieurs siècles de référence aux artistes pour représenter les saints et leurs attributs.

Sainte Barbe par Raimondi
Sainte Barbe, estampe de Marc-Antoine Raimondi, XVIe siècle. 
Bibliothèque Nationale de France (disponible sur Gallica).

Sainte Barbe vécut au IIIe siècle à Nicomédie, une cité romaine de Bithynie située dans la Turquie actuelle. Elle était la fille de Dioscore, un riche païen. Son père l'enferma dans une très haute tour pour soustraire sa beauté aux regards des hommes. En quête de spiritualité, elle  réussit à entrer en contact avec Origène d'Alexandrie, qui lui enseigna les principes de la religion chrétienne. Elle refusa de se marier, entraînant son père qui tenta de la tuer une première fois. Elle fut alors sauvée par intervention divine et transportée sur une montagne. Mais son père la retrouva et ce fut le début d'un martyr assez cruel. Barbe fut battue à coups de nerfs de bœuf, eut les côtes brûlées avec des torches allumées, la tête frappée avec un marteau, le bout des seins coupé... Elle mourut décapitée par son père, qui fut aussitôt puni de son geste par la foudre. 

Sainte Barbe, estampe du Maître des dix mille martyrs, XVe siècle. 
Bibliothèque Nationale de France (disponible sur Gallica). 

Représentée avec sa tour, elle est la patronne des sapeurs-pompiers, des mineurs, des artilleurs, des architectes...Elle est fêtée le 4 décembre. Elle est souvent représentée en statue dans les églises, pour protéger les édifices contre la foudre et les dégâts d'orage.

Invocation à sainte Barbe :
"Sainte Barbe, sainte Fleur
La croix de mon Sauveur
Partout où le tonnerre ira
Sainte Barbe le conduira."

Barbe Foulon

Barbe est un prénom courant au XVIIe siècle, même s'il n'est pas aussi populaire que d'autres vierges martyrs comme Catherine et Marguerite. La sainte est fêtée le 4 décembre.

Barbe Foulou vit le jour le 3 avril 1669 au Thil-en-Bray (actuellement Le Thil-Riberpré), à proximité de Forges-les-Eaux. Fille de Pierre Foulon et Marie Ozanne, elle reçut le prénom de sa marraine.

Baptême Barbe Foulon
[Barbe Foulon fille de Pierre et de Marie Ozanne a esté baptisée ses parrains Pierre Hamette Barbe le guisur]
Archives départementales de Seine-Maritime.

Elle épousa le charpentier Pierre Bailly en 1698 à Pommereux. Le couple eut cinq enfants, dont une Barbe (déjà évoquée dans un article de blog). 

Barbe Foulon
Marque de Barbe Foulon lors de son mariage.
Archives départementales de Seine-Maritime.

Barbe Foulon décéda à l'âge de quarante-et-un ans (lien vers sa généalogie sur Geneanet).

Sources :
  • La Légende dorée de Jacques de Voragine, traduite du latin par Pierre-Gustave Brunet. Bibliothèque Nationale de France (disponible sur Gallica).
  • Normandie : almanach de la mémoire et des coutumes, Hachette.

Commentaires

  1. Tiens, tiens, en regardant celles que j'ai croisées (31)dans mes recherches, j'y verrais bien une possibilité pour un challenge...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca serait intéressant ! Je n'ai pas autant de Barbe dans ma généalogie...

      Supprimer

Publier un commentaire

Merci pour vos commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sur le pavé de l'église : histoire d'un enfant trouvé au XVIIIe siècle

Simplice Horus : un abandon à Rouen au XIXe siècle