Dulcinée : un prénom d'héroïne littéraire {Challenge AZ}

Lettrine D Dulcinée

Suite du challenge AZ avec le prénom Dulcinée.

Dulcinée est un personnage du roman L’Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche écrit par l'espagnol Miguel de Cervantes au XVIIe siècle. Don Quichotte de Cervantès imagine la dame de ses rêves à partir des souvenirs qu'il a d'une jeune paysanne du Tobosco. Il l'appelle Dulcinée du Toboso et lui dédie ses exploits. 

Dulcinée de Torodo
Illustration extraite de l'Histoire de l'admirable Don Quichotte de la Manche, d'après Cervantès, 1890.
Bibliothèque Nationale de France (disponible sur Gallica).


La popularité du roman fait passer Dulcinée dans le langage commun pour désigner une femme inspirant une passion vive et romanesque.

Et au XIXe siècle, avec la mode des prénoms littéraires, Dulcinée devient un prénom féminin. Ce prénom profane est généralement placé à la fin de la suite de prénoms, derrière les prénoms des saints comme le recommande Guillaume Belèze dans son Dictionnaire des noms de baptême.

Ainsi, Olive Justine Flouest reçut comme troisième prénom Dulcinée. Elle vie le jour le 13 mars 1856 à Dieppe. A l'âge de vingt-quatre ans, elle devint la "dulcinée" de Louis Bellet, qu'elle épousa à Dieppe. Le couple eut cinq enfants et fêta ses noces d'or en 1931 (voir mon article où j'évoque ces noces d'or).

Naissance d'Olive Justine Dulcinée
Acte de naissance d'Olive Justine Dulcinée Flouest
Archives départementales de Seine-Maritime.

Pour finir sur une touche d'humour, "dulcinée" peut être employé sur un ton un peu ironique pour désigner l'amoureuse ou la maîtresse de quelqu'un. Voici une définition parue dans un dictionnaire d'argot parisien de 1866 :
Dulcinée (définition)
Dictionnaire de la langue verte : argots parisiens comparés, écrit en 1866 par Alfred Delvau.
Bibliothèque Nationale de France (disponible sur Gallica).

Source : 
  • Trésor de la langue française, ATILF.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sur le pavé de l'église : histoire d'un enfant trouvé au XVIIIe siècle

Simplice Horus : un abandon à Rouen au XIXe siècle