Mabillotte : du nom de baptême au matronyme {Challenge AZ}

Lettrine M Marie

Suite du Challenge AZ avec cette fois-ci, non pas un prénom, mais un nom de famille : "Mabillotte".

Un matronyme

Les noms de famille se sont peu à peu fixés à la fin du Moyen-Age ; certains ont pour origine un nom de baptême porté par un ancêtre, et transmis à ses descendants. Généralement, il s'agit du nom d'un père, et, plus rarement, du nom d'une mère. Selon Albert Dauzat, c'est en Normandie que l'on trouve la plus forte proportion de matronymes ; il cite l'exemple de Lion-sur-Mer, dans le Calvados, où l'on trouve les famille Elisabeth, Jeanne, Marie, Hélène ou Isabelle. Il s'agit peut-être à l'origine d'enfants naturels ou trouvés qui ont reçu le prénom de leur mère comme nom de famille.

De Mabille à Mabillotte

"Mabille" est un prénom féminin porté au Moyen-Age. 

Sainte Mabille était l'une des onze mille vierges qui ont été martyrisées à Cologne par les Huns avec sainte Ursule (voir aussi mon article sur Ursule qui sera publié prochainement pour le Challenge AZ).

Buste de Sainte Mabille
Buste reliquaire de sainte Mabille, fabriqué à Sienne (Italie) entre 1370 et 1390. 
Musée de Cluny, Paris.

Pourquoi y a-t-il le suffixe -otte à la fin ? Il s'agit d'un hypocoristique (nom caressant en grec), un diminutif affectueux ou familier créé à partir d'un nom de baptême comme Jacquot, Jeanneret...

On trouve principalement les "Mabillotte" / "Mabilotte" en Picardie et en Seine-Maritime, et la variante "Mabileau" / "Mabilleau" en Anjou et en Touraine (merci @Pmachet pour l'information !).


Mon ancêtre Louise Mabillotte vécut au XVIIe siècle à Bosc-Edeline, en Normandie  ; elle est mentionnée dans l'acte de mariage de son fils Guillaume Boisselin en 1670.


Sources :
  • Albert Dauzat, Les noms de famille en France.
  • Illustration : L'Annonciation de la bienheureuse Vierge Marie gravée par Jacques Callot, Bibliothèque municipale de Lyon (F17CAL002573)

Commentaires

  1. J'ai des ancêtres Mabilleau tourangeaux entre le début du XVIIè siècle et la fin du XVIIè siècle.
    Les Mabilleau (vignerons) sont encore présents en Touraine du côté du Bourgueil / St-Nicolas de Bpurgueil. L'un d'eux est malheureusement décédé dans un accident d'ULM cet été.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour et merci pour ces informations ; en faisant une recherche sur "Mabilleau", je vois sur Filae que l'origine pourrait être aussi l'adjectif latin "amabilis", qui a donné "aimable"...

      Supprimer

Publier un commentaire

Merci pour vos commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sur le pavé de l'église : histoire d'un enfant trouvé au XVIIIe siècle

Simplice Horus : un abandon à Rouen au XIXe siècle