Le remariage de M. Marié : dispense pour affinité au XVIIIe siècle

Gravure : bouquet de mariée

A l'occasion du Généathème de mai proposé par Geneatech sur le thème "histoires de remariages", j'ai choisi de m'intéresser aux mariages d'un ancêtre bien nommé, M. Marié. 


Premier mariage identifié

Commençons par des noces :

Pierre Marié épouse Antoinette Adam le 11 juillet 1690 à Savignies, une ville du Beauvaisis dans l'Oise. 

Mariage Pierre Marié Antoinette Adam
Archives départementales de l'Oise, 3E609/3.

Le marié a quarante-et-un ans, sa femme trente-quatre ans. Ils sont désignés comme "homme" et "femme" (et non "garçon" et "fille"), ce qui laisse deviner des mariages antérieurs.

Pour Pierre Marié, je n'ai pas réussi à trouver le décès d'une épouse avant 1690 ; les registres de son village d'origine, Lachapelle-aux-Pots, sont lacunaires, et il y a des homonymes. La mariée, Antoinette Adam, est veuve depuis quatre ans. Elle a épousé Jean Hersan douze ans plus tôt et lui a donné deux fils, Pierre et Jean. 

Le couple s'installe à Lachapelle-aux-Pots. Ils ont une fille, Jeanne. 

Antoinette décède en 1694 à l'âge de trente-huit ans.


Remariage

En 1696, Pierre Marié, qui a maintenant quarante-huit ans, décide retrouver une vie maritale. Il a choisi Marie Madeleine Sauvage, une jeune femme d'une trentaine d'années qui habite le même village. Les fiancés ont déjà publié par trois fois leurs bancs quand ils sont informés par le père de la jeune femme d'un empêchement. Un cousinage lie la fiancée et l'épouse précédente du fiancé. Marie Madeleine Sauvage est une cousine au troisième degré de la défunte Antoinette Adam. Or l'Eglise interdit le mariage entre cousins et ceux qui leur sont liés par affinité jusqu'au quatrième degré.

    Pas de pot ! (Une expression de circonstance au village de potiers de Lachapelle-aux Pots...) : il va leur falloir obtenir une dispense.

Pots de Savignies
Thomas Naudet, extrait d'une gravure représentant Savignies. Musée de l'Oise
© MUDO - Musée de l'Oise / Stéphane Vermeiren

Une dispense pour se remarier

Les dispenses sont en principe accordées par le Pape, mais les évêques ont la possibilité de les accorder par délégation pontificale pour les familles pauvres et les cousinages éloignés. Le curé du village rédige une supplique pour solliciter une dispense pour empêchement au troisième degré d’affinité auprès de l'évêque de Beauvais.

Les deux jeunes gens comparaissent ensuite le 12 mai 1696 à l'évêché devant le prête Pierre Le Barbier, vicaire général de l'évêque.

CPA Cathédrale de Beauvais et évêché
Carte postale du début du XIXème siècle, avec une vue sur le porche fortifié de l'ancien évêché,
au pied de la cathédrale de Beauvais.
Geneanet.

Les raisons avancées pour justifier de leur union malgré leur affinité sont celles que l'on retrouve couramment dans les actes de dispenses :

  • la pauvreté qui limite les partis possibles.
    La jeune femme est dépourvue de biens.
    Son futur époux possède une petite surface terrienne : [led(it) Marié n’ayant pour tout bien que trois mines de terres de valeur de quarante livres chacune en prin(cip)al]. La mine est une ancienne unité de mesure de surface en usage localement (25 à 40 ares dans l'Oise selon l'ouvrage Vivre en Picardie au Moyen Age de Claude Vaquette).
  • l'âge de la jeune femme, trentenaire : [ladite Sauvage estant aagée de plus de trente ans ne peut rencontrer un parti plus sortable]
  • les nombreux cousinages qui existent dans leur village : [à cause de la petitesse du lieu et du grand nombre desdits parens].

Deux mois plus tard, des témoins âgés du village, François Le Maistre, soixante-dix ans, et Pierre Bertin, soixante ans, confirment la situation auprès du vicaire général.

La dispense est accordée par l'évêque le 25 juillet 1696. Il faut attendre quatre mois pour la célébration du mariage, le 1er décembre 1696 à Lachapelle-aux-Pots.

Mariage Pierre Marié Marie Madeleine Sauvage
Archives départementales de l'Oise, 3E333/1.

La chapelle éponyme de Lachapelle-aux-Pots, où s'est déroulé le mariage, n'existe plus, remplacée par un édifice plus grand XIXème  siècle.


L'arbre généalogique dans la dispense de mariage

Les archives liées à la dispense sont des documen ts précieux car elles expliquent les liens de cousinage, ainsi décrits :

[que ladite défunte Antoinette
Adam estoit fille de Louis Mégret issue de Denise
Sauvage sœur de Jean Sauvage, duquel Jean est descendu
Nicolas Sauvage père de ladite Marie Magdeleine Sauvage
accordée audit Pierre Marié]

Ils sont résumés par ce petit arbre :

Arbre généalogique dispense de mariage
Archives départementales de l'Oise, G3437.

Je me suis appuyée sur ces renseignements pour étoffer mon arbre généalogique. Les recherches ont été complexes en raison des nombreux Sauvage présents à Lachapelle-aux-Pots, et de l'absence d'indications de filiation dans les registres paroissiaux.

Arbre généalogique

Quant à Pierre Marié, il n'y a aucun indice sur sa filiation ; seul son âge permet une hypothèse sur son acte de baptême.


Vie maritale de Pierre Marié et Marie Madeleine Sauvage

Cinq enfants naissent de l'union : Madeleine, François (qui deviendra berger), Catherine (morte en bas âge), Marie et Pierre Nicolas (qui sera laboureur puis garde-chasse).

Pierre Marié décède le 11 août 1727 à l'âge de soixante-dix-neuf ans, toujours marié. Sa femme meurt en 1739.

Pierre Marié


Sources :

  • Illustration du début : Extrait de La Femme de France, 10/02/1929. Bibliothèque Nationale de France (disponible sur Retronews).
  • Transcription de la dispense de mariage obtenue par Pierre Marié et Marie Madeleine Sauvage, sur le forum de Geneanet. Merci à Maryse !
  • Décryptage des différentes dispenses pour le mariage : Jean-Marie Gouess, "Parenté, famille et mariage en Normandie aux XVIIe et XVIIIe siècles. Présentation d'une source et d'une enquête", Annales, Année 1972, 27-4-5,  pp. 1139-1154 (disponible sur Persée).
  • Claude Vaquette, "Vivre en Picardie au Moyen Age" (diponible sur Google Books).
  • Historique de l'église Sainte-Catherine-et-la-Trinité de Lachapelle-aux-Pots, site Eglises de l'Oise.
  • Louis GRAVES, Précis statistique sur le canton du Coudray-Saint-Germer, arrondissement de Beauvais (Oise), Beauvais, Achille Desjardins,‎ s.d. (1841), numérisé sur le site Eglises de l'Oise : Lachapelle-aux-Pots, Savignies.
  • Utilisation de Piktochart pour présenter sa généalogie : tutoriel de Joanne Loubet pour le mois Geneatech sur YouTube.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Gâteau des poilus {recette de la Guerre 14-18}

Sur le pavé de l'église : histoire d'un enfant trouvé au XVIIIe siècle

Simplice Horus : un abandon à Rouen au XIXe siècle