La Médaille de la Famille Française

Médaille de la Famille Française

A l'occasion de la Fête des Mères, je souhaite rendre hommage à toutes ces mères qui enchaînèrent les grossesse et durent élever de nombreux enfants. Voici quelques éléments sur la Médaille de la Famille française, qui fut créée en 1920.


Historique de la Médaille de la Famille Française


La médaille de la famille française est créée par le décret du 26 mai 1920.

L'objectif de cette décoration honorifique destinée aux mères de familles nombreuses est de promouvoir la natalité, après les lourdes pertes de la Première Guerre Mondiale, dans un contexte de propagande nataliste.

Le 14 juillet 1920, Jules-Louis Breton, ministre de l'Hygiène, de l'Assistance et de la Prévoyance sociale (ministère créé le 20 janvier 1920), remet les premières décorations aux familles nombreuses du département du Nord.

Jules-Louis Breton, ministre de l'Hygiène
Le Miroir, 4 juillet 1920. Bibliothèque Nationale de France (disponible sur Gallica


Une médaille et une fête

Dans ce contexte, plusieurs fêtes sont organisées pour célébrer les mères, précédant l'officialisation de la fête des mères le dernier dimanche de mai par la loi du 24 mai 1950.

Le 16 juin 1918 eu lieu à Lyon la première Journée des Mères à l'initiative de l'association "La Plus Grande Famille".

Le 30 mai 1920 est célébrée de la Première Journée Nationale des Mères de Famille Nombreuse. 

Journée Nationale des Mères de Famille Nombreuse
Carte postale dessinée par H. de Nolhac. Musée national de l'Education de Rouen.

Cette célébration annuelle devient l'occasion pour les mairies de remettre officiellement les décorations de la médaille de la famille française.

Des monuments

Un monument construit en hommage aux mères françaises est inauguré le 23 octobre 1938 sur le boulevard Kellermann à Paris. 

Monument en hommage aux mères françaises
Paris-Soir, 15 octobre 1938. Bibliothèque Nationale de France (disponible sur Retronews). 

A Metz, le Monument aux Mères Françaises de Metz est érigé avec la sculpture Maternité présentée en 1934 au salon des artistes français par Marius Petit.

Un soutien financier et matériel

En parallèle émerge la politique familiale, avec des soutiens financiers pour les familles nombreuses : dégrèvement sur les chemins de fer, abaissement du prix du pain... et la naissance des premières prestations familiales qui sont généralisées dans les années 1930.


La répression de l'avortement

Les lois du 31 juillet 2020 et du 27 mars 1923 répriment sévèrement l'avortement, considéré comme un crime, et interdisent les informations sur la contraception.


Les critères d'attribution

A la création de la décoration en 1920, la médaille est attribuée aux mères de famille de nationalité française selon trois grades :

  • médaille de bronze : 5 à 7 enfants,
  • médaille d'argent : 8 ou 9 enfants,
  • médaille d'or : 10 enfants et plus.

Il s'agit d'enfants légitimes, simultanément vivants (la disposition prévoyant que le dernier soit âgé d'au moins un an est supprimée par le décret du 24 octobre 1920). Les enfants tués à l'ennemi ou décédés des suites de blessures ou de maladies contractées aux armées pendant la guerre sont pris en compte.

"Chaque médaille, avec son diplôme, sera attribuée, sur les propositions adressées aux préfets, et après examen de la commission départementale de la natalité et du conseil supérieur de la natalité, institué à Paris, aux mères de famille, qui par leurs soins éclairés, leur activité laborieuse et leur dévouement, auront fait un constant effort pour inspirer à leurs enfants dans les meilleurs conditions d'hygiène physique et morale, l'amour du travail et de la probité, ainsi que le souci de leurs devoirs sociaux et patriotique", explique le ministre de l'Hygiène publique Jules-Louis Breton. (Source : Le Petit Journal, 30 mai 1920). 

Le décret du 22 octobre 1947 ajoute deux catégories de bénéficiaires supplémentaires :

  • Les veuves de guerre non remariées qui ont eu au décès de leur mari, trois enfants légitimes vivants dont l'un au moins âgé de moins de cinq ans, peuvent recevoir la médaille de bronze.
  • Les mères de familles décédées peuvent recevoir la médaille à titre posthume sur demande faite dans les 2 ans suivant le décès.

Le décret du 28 octobre 1982 ouvre la décoration aux pères de famille et modifie les nombre d'enfants par grade :

  • médaille de bronze : 4 ou 5 enfants,
  • médaille d'argent : 6 ou 7 enfants,
  • médaille d'or : 8 enfants et plus.

L'aîné des enfants doit avoir au moins 16 ans.

Le décret du 28 mai 2013 fait évoluer Médaille de la Famille Française qui devient la Médaille de la Famille. 

Les grades de bronze, argent et or sont supprimés. 

La médaille est attribuée aux pères et mères "élevant ou ayant élevé au moins quatre enfants", ainsi qu'aux personnes qui, au décès de leurs parents, élèvent ou ont élevé seuls pendant au moins deux ans leurs frères et sœurs, aux personnes élevant ou ayant élevé seuls pendant au moins deux ans un ou plusieurs enfants de leur famille devenus orphelins, aux veufs et veuves de guerre qui ayant au décès de leur conjoint trois enfants et à toute personne ayant rendu des services exceptionnels dans le domaine de la famille.


Pour plus de précisions, vous pouvez retrouver les textes de lois compilés sur le site France Phaleristique.


La décoration et les diplômes

Les titulaires reçoivent une médaille et un diplôme.


Modèle utilisé de 1920 à 1985

Médaille des familles nombreuses
Le Journal, 4 août 1920. Bibliothèque Nationale de France (disponible sur Gallica)

Le modèle de la Médaille de la Famille Française est fixé par le décret du 25 juin 1920.

La médaille, qui prend la forme d'une étoile à huit branches, a été réalisée par le sculpteur et graveur Léon Deschamps.

  • A l'avers : au centre, dans un médaillon, une mère étreint son enfant. Elle est entourée de l'inscription "Famille Française".
  • Au revers : les inscriptions « République française - Ministère de l'Hygiène - La Patrie reconnaissante ». Le Ministère de l'Hygiène est ensuite remplacé par le Ministère de la Santé Publique. 

Médaille de la Famille Française
Médaille d'argent de la famille française. Wikipedia

Les titulaires sont autorisées à porter la médaille avec un ruban rayé à trois bandes verticales, une verte entourée de deux rouges. Il est simple pour la médaille de bronze, avec une rosette de 18 mm pour les médailles d'argent et une rosette de 27 mm pour les médailles d'or.

Second modèle depuis 1985

L'arrêté du 28 mars 1985 modifie la forme de la médaille, suite à l'extension des bénéficiaires aux pères de famille.

Un groupe familiale entouré de branches de laurier remplace la mère et l'enfant au centre.

Médaille de la Famille
Médaille de bronze de la famille. Wikipedia

Diplômes

Le diplôme de 1920 est dessiné par Pierre Laurens. Un ange apporte une palme honorifique à une mère qui reprise un vêtement, tout en veillant dans la chambre de ses cinq enfants endormis.

Diplôme de la médaille de la famille française
Diplôme dessiné par Pierre Laurens. Wikipedia.

Différents diplômes se sont succédés, comme le montre le site France Phaleristique.


Retrouvez une récipiendaire de la Médaille de la Famille Française 

Le Journal Officiel de la République Française

Selon l'arrêté du 26 mars 1921, "la liste des médailles de la famille française à accorder aux mères de famille, en témoignage de la reconnaissance nationale sera arrêtée au moins deux fois par an, par décret, à l'occasion du 1er janvier et de la fête nationale." Ces décrets sont publiés au Journal Officiel de la République française « Lois et décrets » (JORF). 

Les décrets publiés au JORF comportent une longue liste de femmes récipiendaires classées par département, avec les renseignements suivants :

Nom de famille de l'époux, prénom de l'époux, nom de jeune fille de l'épouse, prénom de l'épouse, lieu de résidence, nombre d'enfants.

Une recherche sur Gallica - 1920-1950

On peut interroger le JORF sur la bibliothèque en ligne Gallica, où les versions numérisées sont disponibles jusqu'en 1950.

Voici comment j'ai procédé en utilisant la recherche avancée de Gallica

Recherche Gallica

Autre possibilité : entrez une expression dans la barre de recherche liée à tous les numéros du JORF (lien vers Gallica) :

Recherche Gallica

Le JORF après 1950

Les listes nominatives des personnes médaillées ne sont pas disponibles sous format numérique après 1950. Le site de la Bibliothèque Nationale de France donne une liste des organismes qui permettent de consulter le JORF, dont les services d'archives. Il faudra repérer dans les répertoires les pages consacrées aux médailles, en calculant une fourchette de date.


Une recherche sur Filae - 1946-1950

Le site de généalogie Filae propose à ses abonnés d'interroger la liste des mères de famille qui ont reçu la médaille de la Famille Française publiée au Journal Officiel, des années 1946 à 1950.

Filae médaille de la famille française


D'autres archives ?

Des archives liées à l'obtention de la médaille sont listées dans France Archives : fonds de l'Union départementale des associations familiales, archives communales avec des registres et des photographies, préfecture...


Des publications dans les journaux locaux

La liste des mères récompensées peut être publiée dans les journaux locaux, peu après la parution du décret, ou à l'occasion de la fête où les médailles sont remises. En fonction de la localisation, certains sont numérisés sur Retronews, ou sur des sites de médiathèques ou d'archives. (Le site de la Bibliothèque Nationale de France propose un recensement de la presse ancienne.) 


Quelques exemples avec mes ancêtres

J'ai fait une liste de mes ancêtres et ceux de mon compagnon susceptibles d'avoir reçu la Médaille de la Famille Française, en basant sur le critère du nombre d'enfants, et en commençant par des femmes encore vivantes après 1920.

J'ai trouvé quatre ancêtres qui ont reçu la Médaille de la Famille Française avant 1951 :

Médaille de la famille française


Mon arrière-arrière-grand-mère Adeline Mallard, femme d'Auguste Paul, est nominée pour la médaille d'argent en 1925 avec huit enfants. Elle a eu neuf enfants, dont deux sont morts lors de l'attribution de la médaille, l'un en bas âge et l'autre de ses blessures de guerre pendant la Première Guerre mondiale. 

Adéline Mallard
JORF du 29/01/1925. Bibliothèque Nationale de France (disponible sur Gallica). 


Sa fille Eva Paul, mon arrière-grand-mère, reçoit la médaille de bronze à la même date pour cinq enfants, alors qu'elle est enceinte.

Le compte des enfants n'est pas exact :

  • elle a eu cinq enfants de son premier mariage avec Gaston Leclerc, dont un est mort en bas âge ;
  • puis deux enfants de son second mariage.
  • le nom de son second mari n'est pas mentionné.
Le dernier est né en 1924, n'a peut-être pas été pris en compte lors de la demande, et le nom de son second mari n'est pas mentionné.

Eva Paul femme de Gaston Leclerc
JORF du 29/01/1925. Bibliothèque Nationale de France (disponible sur Gallica). 


L'arrière-arrière-grand-mère de mon compagnon, Marie Bischoff, est titulaire de la médaille d'or. 

Marie Bischoff
JORP du 19/08/1932. Bibliothèque Nationale de France (disponible sur Gallica).

La décoration lui est remise en 1933 par l'adjoint au maire lors d'une cérémonie qui comprend aussi la remise des diplômes du Mérite Agricole.


Jeanne Salzet, autre arrière-arrière-grand-mère de mon compagnon, reçoit la médaille de bronze pour ses 5 enfants. Elle est veuve de guerre (voir le parcours de son mari Louis Pelcot). L'annonce de sa nomination paraît dans le journal local La Vigie de Dieppe du 25 février 1938. 

Jeanne Pelcot
JORF du 21/02/1938. Bibliothèque Nationale de France (disponible sur Gallica).

La médaille est remise à l'occasion de la fête des Mères, lors d'une célébration organisée pour en mai par la mairie de Dieppe, et qui prend contrairement aux années précédentes une ampleur importante. Elle rassemble des officiels, des notables, des associations liées à la famille comme Ligue des Familles Nombreuses, des délégations d'écoles et d'orphelinats et des associations de scouts. Au programme : discours des officiels, Marseillaise, remise des diplômes, dépôt d'une couronne devant le Monument de la Victoire, messe et quêtes au profit d'œuvres pour les familles défavorisées.


Plusieurs ancêtres n'ont pas reçu la médaille, malgré leur famille nombreuse :

Marguerite Specht a eu sept enfants. Né naturels, ils ont été reconnus par leurs parents, puis légitimés lors du mariage de ces derniers en 1934. Son époux a eu plusieurs fois à faire avec la justice. Il a été notamment condamné à quatre mois de prison pour désertion pendant la première guerre mondiale (condamnation annulée en 1937). 

Les naissances hors mariage ou les démêlés du père avec la justice expliquent certainement qu'elle n'ait pas reçu la médaille.

Marie Zéluma Briet, épouse de Michel Beurion puis Louis Lallier, a eu également sept enfants. Son époux Louis Lallier a fait l'objet de plusieurs condamnations, pour bagarre, braconnage et coups sur sa femme. En 1917, lors d'un procès, Madame Savoye témoigne que les enfants ne sont plus hébergés par le couple, mais logés et employés chez elle. 

Ces manquements ne sont pas en faveur d'une médaille. Ainsi, si le décret d'origine insiste sur la moralité sans lister précisément les conditions de non obtention de la médaille, le décret du 16 janvier 1962 précise que la médaille n'est pas accordée "si la conduite du mari ou celle des enfants donne lieu à des réserves".


Après 1950, une de mes grand-mères et les deux grand-mères de mon compagnon ont reçu la médaille ; j'enquête auprès de la famille pour obtenir une photographie des diplômes et médailles.


Sources :

Presse de l'époque sur Retronews :

  • "L'Hommage national aux mères de famille", Le Miroir, 4 juillet 1920. 
  • "Il nous faut des familles nombreuses", Le Petit Journal, 30 mai 1920. 

Contexte sur la propagande nataliste :

  • Françoise Thebaud, "Quand nos grands-mères donnaient la vie. La maternité en France dans l'entre-deux-guerres", 1986. Compte-rendu par Marie-France Morel, Annales de Démographie, Année 1989, p. 427-431 (disponible sur Persée).
  • Françoise Thébaud, "Le mouvement nataliste dans la France de l'entre-deux-guerres : l'Alliance nationale pour l'accroissement de la population française", Revue d’Histoire Moderne & Contemporaine, Année 1985 32-2, p. 276-301 (disponible sur Persée).

Archives :

  • Fonds liés à la médaille de la famille française sur France Archives.
  • Ministère en charge des affaires sociales, bureaux de la politique familiale : actions à destination des mères de famille (médaille de la famille française et autres prix, fête des mères, cartes de priorité) (1920-1995), Archives Nationales.

La Médaille de la Famille actuelle :

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Gâteau des poilus {recette de la Guerre 14-18}

Sur le pavé de l'église : histoire d'un enfant trouvé au XVIIIe siècle

Simplice Horus : un abandon à Rouen au XIXe siècle